SOFECT
Top right Corner

Informations

  • 16/03/2015 - « Genre, identité sexuelle et santé mentale à l’adolescence »

    CONFERENCE-DEBAT - Lundi 16 mars 17h/19h30 - Amphithéâtre Morel, CH Sainte Anne - Paris 13e, métro Glacière

    Quel accompagnement clinique et thérapeutique pour les  adolescents (ou les  jeunes  adultes) d’aujourd’hui en questionnement sur leur identité sexuelle?

    Au Centre Hospitalier Sainte-Anne, une équipe pluridisciplinaire s’attache à recevoir, orienter et accompagner les personnes ressentant une souffrance psychique liée à leur identité de genre. Cette offre de soins spécialisée concerne notamment des patients qui s’interrogent sur les possibilités de transition hormono-chirurgicale. Néanmoins, les questionnements ayant trait à l’identité sexuée qui amènent les personnes à consulter afin d’explorer leurs options en matière d’expression du genre, recouvrent parfois des problématiques intimes ayant trait à l’identité de manière plus globale ou à l’orientation sexuelle.

    L’équipe réunie autour du Dr Gallarda partagera lors de cette conférence son expérience clinique et l’importance d’un parcours de soins pluridisciplinaire et articulé. Ce parcours s’étend de l’accueil de la souffrance liée au genre, à l’accompagnement psychothérapeutique – dans le contexte singulier de l’adolescence propice aux réaménagements psychiques – jusqu’à l’exploration des différentes modalités thérapeutiques en France et à l’étranger.

    La seconde partie de la conférence abordera l’état des recherches en cours sur les processus neurobiologiques et neuropsychologiques impliqués dans la construction de l’identité de genre chez la population générale et chez des personnes dysphoriques de genre.

    Télécharger la plaquette avec détails et modalités d'inscription.

  • 16/12/2014 - La SoFECT élargit le champ de son travail d’études et de prise en charge aux enfants et adolescents. Auparavant, elle se consacrait uniquement aux adultes.

    La préoccupation transsexuelle n’apparaît pas « out of the blue » à l’âge adulte. Certains enfants refusent leur sexe d’assignation, d’autres éprouvent un malaise auquel ils ne savent pas donner un nom. Les pédopsychiatres reçoivent de tels enfants en consultation dès l’âge d’un an ; les garçons plus tôt et en plus grand nombre que les filles, car la tolérance aux comportements masculins chez une fille est plus grande que la tolérance aux comportements féminins chez un garçon. L’expérience acquise par les pédopsychiatres peut contribuer à comprendre le parcours transsexuel.

    Un programme thérapeutique pour les adolescents a été introduit par l’équipe d’Amsterdam il y a une dizaine d’années et est pratiqué dans plusieurs pays. Dans ce programme, à 12 ans, la puberté est supprimée par de analogues de la GnRH ; à 16 ans, des hormones sexuelles de sexe contraire sont prescrites, et la chirurgie intervient à 18 ans. Cette thérapie a le grand avantage d’épargner souffrance et dépression à l’adolescent et de ne pas laisser se développer des caractères sexués secondaires qui seront ensuite difficiles à éradiquer. Mais elle ne s’adresse pas à tous les adolescents ; il faut que leur demande soit solidement ancrée ; la première période (12-16 ans) est une période où l’observation diagnostique se poursuit au sein d’une équipe pluridisciplinaire et avec un accompagnement psychologique de l’adolescent et de sa famille.

    À l’heure actuelle, des consultations spécialisées sont en train de se mettre en place en France, et des liens de travail se créent entre elles.

  • 10/07/2014 - Etre soi-même dans son sexe ou dans l’autre : étude en IRMf de la mémoire autobiographique chez des sujets présentant ou non une dysphorie de genre.
  • Dans le cadre du PHRC National 2011, l’équipe « Dysphorie de genre » de l’hôpital Sainte-Anne, en collaboration avec le Laboratoire Mémoire et Cognition (Université Paris Descartes & Centre de Neuropsychiatrie et Neurosciences, INSERM UMR 894) a mis en place une étude portant sur les liens entre la mémoire autobiographique et l’identité de genre. Par la mise en perspective d’indices cliniques, neuropsychologiques et psychométriques (étude de la personnalité) avec des mesures recueillies en IRMf, ce protocole de recherche original vise à mettre en lumière les modalités de construction de l’identité narrative, par essence multidimensionnelle et unique à chacun, fruit de processus sélectifs de souvenirs d’événements vécus et construite selon un principe de cohérence de soi et de continuité dans le temps.

    Les informations obtenues auprès de 40 participants des deux sexes âgés de 18 à 55 ans, présentant une dysphorie de genre, avant toute prise en charge hormonale ou chirurgicale seront confrontées à celles de 40 participants contrôles de profils sociodémographiques homologues. Nous souhaitons étudier les capacités de rappel d’informations et d’expériences du passé, en particulier celles qui définissent le soi mais aussi les capacités de projection de soi dans le futur afin de mettre en évidence les dimensions de la mémoire autobiographique qui jouent un rôle déterminant dans la construction et le maintien du sentiment d’identité chez des sujets présentant ou non une dysphorie de genre.

    Sur le plan scientifique, l’objectif est de tenter d’apporter un éclairage sur la manière dont la référence à l’identité sexuée permet d’obtenir une continuité de soi de manière cohérente et constructive dans le temps. De façon plus générale, l’objectif de fond est de stimuler des pistes de réflexion pour une offre personnalisée d’accompagnement médicopsychologique aux personnes désirant s’engager dans un processus de transformation hormono-chirurgicale. En approfondissant les mécanismes qui sous-tendent cette construction variante de l’identité de genre au moyen d’investigations alliant neurosciences et psychologie, notre étude vise également à lutter contre la stigmatisation des personnes dysphoriques de genre.

    Pour toute information : contacter : Me Eirini Rari - e.rari@ch-sainte-anne.fr   -  Dr Thierry Gallarda – t.gallarda@ch-sainte-anne.fr

  • 10/07/2014 - Etre soi-même dans l’autre sexe : étude en IRMf de la mémoire autobiographique chez des sujets présentant une dysphorie de genre.
  • Dans le cadre du PHRC National 2011, le Centre Hospitalier Sainte-Anne (services ?) en collaboration avec le Laboratoire Mémoire et Cognition (Université Paris Descartes et Centre de Neuropsychiatrie et Neurosciences, INSERM UMR 894) ont mis en place une étude portant sur les liens entre la mémoire autobiographique et l’identité de genre. Un protocole de recherche original - alliant indices cliniques, psychométriques, neuropsychologiques et mesures recueillies en IRMf mis en perspective -, visant à mettre en évidence les dimensions de la mémoire autobiographique (nature épisodique ou sémantique des représentations, temporalité, valence, conscience) qui jouent un rôle déterminant dans la construction et le maintien du sentiment d’identité (image de soi, estime de soi, stabilité, richesse) chez des sujets présentant une dysphorie de genre. Notre objectif est de tenter d’éclairer de quelle manière la référence à l’identité sexuée permet d’obtenir une continuité de soi de manière cohérente et constructive dans le temps.

    Nous proposons d’étudier un groupe de 40 participants présentant une dysphorie de genre, des deux sexes, âgés de 18 à 55 ans, avant la prise en charge hormono-chirurgicale, en confrontant ces informations avec les données obtenues de 40 participants contrôles de profils sociodémographiques équivalents/homologues.

    L’objectif de fond est de fournir des pistes éventuelles de réflexion autour d’un meilleur ajustement des stratégies d’accompagnement psychothérapeutique aux profils des requérants aux transformations hormono-chirurgicales. A terme, l’étude vise à contribuer à diminuer la stigmatisation des sujets présentant cette condition en cernant les mécanismes sous-tendant cette construction variante de l’identité de genre au moyen d’investigations scientifiques modernes ; ceci, en alignement avec les incitations conjuguées des instances (HAS, DGS, CNAM) d’un effort de recherche pour améliorer la connaissance autour des problématiques ayant trait à l’identité sexuée et l’offre de soins auprès de ces populations.

  • 28/07/2013 - Avec les universités Paris Diderot, Lyon Claude Bernard, Aix-Marseille et Bordeaux Segalen, la SoFECT participe à l'enseignement du DIU de prise en charge du transsexualisme.
  • Pour plus de détails, voir sur le site www.diutrans.info

    Bienvenue sur le site des professionnels français de la prise en charge du transsexualisme

    Créée en juillet 2010, la Société Française d'Etudes et de prise en Charge du Transsexualisme (SoFECT) a pour objet de réunir les professionnels de la prise en charge en France des problèmes relatifs à l’identité de genre, dans un but de recherche, d'enseignement, de formation, d'information, d'organisation, de coordination, d'évaluation et d'amélioration de cette prise en charge, dans le respect du code de déontologie médicale et de la législation française.

    A côté de professions non médicales telles que psychologues, sociologues ou juristes, la SoFECT rassemble de façon transversale tous les spécialistes médicaux concernés par la prise en charge du transsexualisme, en particulier : psychiatres, endocrinologues, chirurgiens plasticiens, urologues et gynécologues. Tous sont expérimentés dans la prise en charge du transsexualisme, qui existe en France depuis la fin des années 1970.

    Cette prise en charge se faisait jusque là dans l’ombre, sans aucune reconnaissance des pouvoirs publics ni du reste du corps médical, sans aucun moyen spécifique, par des médecins spécialistes traitant par ailleurs d’autres pathologies, et dans le cadre du service hospitalier public. L'organisation de cette prise en charge est fondée sur 6 réseaux régionaux. La création de la SoFECT a permis de fédérer ces réseaux régionaux en un seul réseau national.

    Cette création répond très exactement aux propositions du rapport de la Haute Autorité de Santé.

     

    2011 (c) SoFECT - Société Française d'Etudes et de prise en Charge du Transsexualisme Carte du site - contact@transsexualisme.info
    Bottom Left Corner Bottom right corner